Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
×

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans include_once() (ligne 94 dans /var/virtual_www/pnf/mutweb/prod/repository/themes/custom/pnf/template.php).

L'arouman

L’arouman est une plante de la famille des Marantacées largement utilisée par les communautés de Guyane pour la confection de vanneries.

Deux espèces sont particulièrement ciblées par les artisans : l’arouman rouge (Ischnosiphon arouma) et l’arouman blanc (Ischnosiphon obliquus).

Aujourd’hui, la production de la vannerie se développe avec la mise en place de micro-filières artisanales. Dans le cadre de ses missions de gestion des ressources naturelles et afin d’évaluer la ressource en arouman et étudier son renouvellement naturel, le Parc national a démarré en 2009 un programme d’étude en partenariat avec l’Observatoire hommes-milieux Oyapock du CNRS. L’étude consiste à :

  • Cartographier les zones de prélèvements de l’arouman à Twenké-Taluen sur le Maroni et à Trois-Sauts sur l’Oyapock,
  • Etudier l’écologie de la plante pour mieux connaître sa capacité de régénération dans des contextes de forte pression anthropique liée à la coupe des tiges.

Dix placettes de suivi de croissance ont été mises en place sur l’Oyapock et le Haut-Maroni. Les agents du Parc national y réalisent chaque mois des mesures de croissance et évaluent le prélèvement en dénombrant les tiges coupées. Début 2012, plus de 500 000 données avaient déjà été collectées. Ce programme est mené en partenariat avec l’Observatoire hommes milieux Oyapock (CNRS)

Guianensis, les Carnets du Parc amazonien de Guyane

Le Parc amazonien de Guyane édite sa première collection d’ouvrages à destination du grand public. Son nom : Guianensis, les Carnets du Parc amazonien de Guyane. Une revue consacrée aux territoires du sud de la Guyane, sur les communes concernées par le parc national. Des territoires d’une très grande richesse humaine et naturelle.

Les Carnets du Parc amazonien, est un ouvrage qui croise les regards, entre les sciences et les acteurs des territoires. Dans sa mission de valorisation des patrimoines naturels et culturels de ces territoires du sud, Guianensis est destinée au plus large public et se donne un caractère hautement pédagogique.

Une étude Parc amazonien/OHM-Oyapock

Ce premier numéro de Guianensis est d’ailleurs inspiré d’une étude menée par le Parc amazonien et l’Observatoire Hommes-Milieux (OHM) Oyapock/CNRS-Guyane entre 2009 et 2011 sur l’arouman, une ressource dont le principal usage est la confection de vanneries traditionnelles. Cette étude sur l’écologie de la plante, a porté également sur l’évaluation et la cartographie de la ressource en arouman. Mieux connaître la ressource, leur biologie, leur croissance, les effets de leur utilisation dans la perspective d’un éventuel développement d’une filière artisanale commerciale qui ne pourra se faire qu’à l’initiative des artisans eux-mêmes.

Aroumans, ressources et usages des amérindiens du sud

Le titre de cet ouvrage : Aroumans, ressources et usages des amérindiens du sud de la Guyane. Ce carnet permet ainsi d’élargir les connaissances sur ces plantes emblématiques, qui constituent la ressource essentielle pour la confection de la majorité des vanneries amérindiennes du sud, teko, wayana et wayãpi. Guianensis présente pour la première fois au grand public l’usage de ces plantes, leur description botanique et écologique, ainsi que les techniques amérindiennes pour leur utilisation. Une large place est également consacrée au rôle central des aroumans et de la vannerie dans les mythologies et cultures du sud de la Guyane.

Ce carnet du Parc amazonien de Guyane sur les aroumans est aussi le fruit de longues années de travail et d’une collaboration étroite entre l’ethnologue Damien Davy, spécialiste de la vannerie et des cultures matérielles des peuples de Guyane, directeur de l’OHM-Oyapock, et les nombreux savants des sociétés autochtones teko, wayana et wayãpi, dont pour certains, les savoirs et savoir-faire sont reconnus dans toute la Guyane.