Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
×

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans include_once() (ligne 94 dans /var/virtual_www/pnf/mutweb/prod/repository/themes/custom/pnf/template.php).

Construction de carbets traditionnels amérindiens

Les carbets traditionnels amérindiens représentent des lieux de rencontre, d’échange, d’accueil et/ou de fête dans les villages. Ainsi ces dernières années, plusieurs associations ou collectifs de villageois ont sollicité l’appui technique et/ou financier du Parc national pour aider à la construction ou reconstruction de ces lieux.

 

Les Tukusipan d’Elaé et Taluen

Depuis plusieurs années, les village de Taluen et d'Elaé, sur le Haut-Maroni étaient privés de leur tukusipan, détruit par les flammes. La réhabilitation de ces bâtiments et leurs inaugurations ont été des moments forts de l’année 2010 pour Taluen et 2014 pour Elaé.

Le tukusipan est élément d’exception du patrimoine bâti wayana. Ce carbet communautaire est un lieu incontournable de vie collective et d’échanges pour ceux qui s’y rassemblent. Il a aussi vocation à accueillir les hôtes du village. Plusieurs jeunes de Taluen souhaitaient voir renaitre ce bâtiment. Leurs mots sont clairs : «Sans tukusipan, un village n’en est pas un». Il est un lieu incontournable de vie collective et d’échanges pour ceux qui s’y rassemblent.

L’association Kalipo de Taluen a permis que ces opérations soient menées par des acteurs locaux, avec un soutien fort de la part des agents de l’antenne PAG du Haut-Maroni et avec l’accompagnement administratif et financier de l’établissement. Pour ces partenaires, il a fallu puiser dans la mémoire collective, il a fallu convaincre et mobiliser les habitants.

L'inauguration du tukusipan de Taluen le 19 décembre 2010 était teintée d’enthousiasme et de fierté. Ce lieu est bien à l’image des habitants des villages : héritier du passé et tourné l’avenir.

Les habitants d’Elahé ont voulu perpétuer la tradition, comme l’ont fait leurs parents avant eux. Avec l’aide de Kalipo, ils ont du s’en remettre aux détenteurs de ce savoir-faire. Les anciens ont été partie prenante du projet. Ils ont donné des conseils, apporté leur expertise dans la mise en pratique d’un savoir qui se transmet de génération en génération. Avec ce projet, la communauté d’Elahé a montré qu’il était possible de mettre en valeur les traditions d’une culture enracinée dans le passé, qui vit dans le présent et regarde aujourd’hui vers l’avenir.

 

 

Okatalawan de Yawapa

En 2013, le chef de village de Yawapa (Village Trois Sauts, Camopi) et l’institutrice du village ont lancé un projet de construction d’un carbet traditionnel. La réalisation de ce carbet a servi de support pour une transmission des savoir-faire aux jeunes du village et a été suivie par les élèves de l’école primaire. Deux jeunes ont ainsi consolidé leurs connaissances et compétences sur les techniques de construction traditionnelles auprès de Laurent Pilaoukou, chef du village et expert local en artisanat et constructions traditionnelles. Les élèves de l’école ont réalisé une maquette reprenant à l’échelle les mesures et l’architecture du carbet, ont pris des photos et réalisé des dessins de la construction (photos dessins).

Tous ces éléments ont été compilés par le service communication du parc amazonien dans un livret destiné aux enfants des écoles de Camopi et Trois Sauts. Les élèves de l’école de Yawapa gardent ainsi une trace de leur travail et des étapes de construction d’un carbet (photo couverture livret).

Ce projet a pu voir le jour grâce à l’appui de l’Aprosep (portage du projet pour le collectif de villageois) et au financement de la DAC, du PAG et des fonds européens Leader.

Maquette du carbet Yawapa de Trois-Sauts © F. Rives PAG
Détail de la toiture du carbet Yawapa de Trois-Sauts © F. Rives PAG
Maquette du carbet Yawapa de Trois-Sauts © F. Rives PAG

 

Otopan de Cayode

Le carbet de transmission des savoir-faire artisanaux est un projet souhaité et conduit (techniquement) par plusieurs habitants du village de Cayodé et par l’association « Wayana-Teko de Cayodé». Le projet vise à sauvegarder les savoir-faire traditionnels artisanaux en construisant un lieu destiné à la réalisation d’activités de transmission (cours, ateliers, etc.) pour tous les publics. La construction du carbet représentait en soi une activité de transmission des savoirs traditionnels. Le carbet a en effet été construit en 2016 par des experts locaux accompagnés de jeunes du village souhaitant connaître les lieux de collecte et apprendre les techniques de préparation des matériaux et de construction.

Ce projet a été co-porté par l’association locale et l’Aprosep. Les outils et moyens nécessaires à la collecte des matériaux ont été achetés grâce au soutien financier de la CTG et du PAG.