Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
×

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans include_once() (ligne 94 dans /var/virtual_www/pnf/mutweb/prod/repository/themes/custom/pnf/template.php).

Reconnaître et développer les compétences dans le secteur de la construction

Les communes du sud de la Guyane connaissent des retards importants en matière d’équipements. Elles doivent notamment répondre à des besoins en équipement des villages en petits et moyens ouvrages (carbets d’accueil, carbets pour les déchets, passerelles, aménagements touristiques…).

Cependant, il existe peu de ressources humaines locales (ouvriers ou entrepreneurs) pour la réalisation de ce type de chantiers : les compétences dans le domaine de la construction (hormis les constructions traditionnelles) sont rares et celles existantes sont souvent difficiles à mobiliser voire identifier. Pourtant, les constructions du secteur public (ouvrages extérieurs et bâtiments) représentent un levier de développement de la filière bois-construction au travers de la création/développement d’activités et d’emplois non délocalisables.

Ainsi, le Parc national travaille avec les communes du sud dans cette optique. La construction ou rénovation de petits ou moyens ouvrages servent de support à des actions visant à augmenter les compétences locales dans le secteur forêt-bois (de l’exploitation à la construction) et à réduire la dépendance aux compétences extérieures.

 

Formations-actions courtes

A Trois Sauts (commune de Camopi), une formation-action de 3 semaines a été organisée en septembre 2016 autour de la construction de 2 petits ponts en bois. Au-delà des apprentissages, ce type d’initiation vise à détecter les compétences et volontés de travailler dans le métier parmi les habitants.

Cette formation action a été organisée en partenariat entre le Parc national et le CFPPA. Un formateur charpentier est intervenu sur site et a encadré 8 jeunes habitants du village pour réaliser deux petits ponts. Le bois a été fourni en amont de la formation par les habitants formés les années précédentes à l’abattage contrôlé et au sciage.

Une action du même type devrait être menée en 2018 pour la réalisation de carbets à déchets dans le village de Taluen, côté Maroni (Commune de Maripa-Soula).

Camopi : de l’initiation à l’insertion

L’initiation mise en place à Trois Sauts s’inscrit dans une dynamique de mise en place progressive d’une filière bois-construction adossée dans un premier temps à la commande publique et en particulier aux commandes communales.

En 2016-2017, le RSMA s’est également investit pour offrir un dispositif de formation adapté aux profils et besoins des communes du sud de la Guyane. Ainsi, 15 jeunes de 18 à 25 ans originaires de Trois Sauts ont bénéficié d’une formation multi-technique (dominante charpente, complété par plomberie, maçonnerie…) pendant 6 mois au régiment de St Jean du Maroni (Le RSMA déploie cette initiative en 2017-2018 sur la commune de Maripa-Soula pour une cohorte de 15 jeunes issus des villages amérindiens du haut Maroni).

Dans la lignée de ces deux actions à Trois Sauts, la commune de Camopi a souhaité s’investir plus concrètement dans la montée en compétence des habitants de Trois Sauts, avec l’appui de la préfecture, la Cermepi, la Dieccte, le CFPPA et le PAG. Ainsi, la plupart des personnes ayant suivi la formation RSMA et CFPPA ont été recrutés par la Commune pendant 6 mois en 2017 pour des chantiers de perfectionnement. Encadrés par des formateurs charpentiers du CFPPA ou par des agents du Parc amazonien à certaines périodes et en autonomie à d’autres moments, 18 habitants ont contribué à l’amélioration du cadre de vie de Trois Sauts en rénovant deux passerelles, deux ponts, un carbet et un ponton.

Ces chantiers de perfectionnement ont permis aux ouvriers d’approfondir leurs apprentissages et de commencer à se spécialiser en fonction des points forts de chacun pour former une équipe aux compétences complémentaires. Pour les institutions impliquées, cette action représente une première expérience riche d’enseignements pour la préfiguration d’un dispositif plus pérenne.